13/04/2014

Les langues en Chine


Le chinois est la langue la plus parlée sur la planète avec plus d’un milliard de locuteurs toutes variétés confondues. Les langues parlée en Chine, réunies communément sous le terme de ‘chinois’ sont en réalité très nombreuses. On trouve :
1, le chinois mandarin, langue officielle, donc il existe de nombreuses variétés (de Pékin, du Nord, et du Nord-est, etc.)
2, des dialectes du chinois :Yue/cantonais, Kejia/ hakka, etc, Tous localisé dans le sud-est de la Chine, et comptant, au vu des densité de population, plus de locuteurs que bien des langues européennes. D’autres langues(mongol, tibétain, ouïgour...)

Le chinois mandarin(très souvent nommé simplement chinois) est la langue la plus parlé au monde. Cependant, même s’il est aujourd’hui enseigné à tous les Chinois, les Chinois plus âgée ne parlent pas tous le mandarin mais d’autre langues chinois, comme le cantonais, ou d’autres comme le tibétain. Cette langue, que les dirigeants communistes ont désignée comme la langue véhiculaire de leur nation entière(d’où le terme de Putonghua, 普通话), était d’abord celle de communautés chinoises du Nord du pays. Bien que possédant aussi une ancienne histoire littéraire, elle ne dérive pas de la langue classique littéraire et artificielle(文言文) abandonnée en 1919. En 1956, c’est la variant de Pékin qui est promue au rang de langue officielle. On la considère souvent comme la variante standard de cette langue. Le mandarin de Pékin possède cependant des spécificités(comme l’utilisation fréquente de la rétroflexion vocalique notée au moyen du suffixe-er) et les Pékinois sont dits avoir un accent.


La forme standard du mandarin s’appuie sur la prononciation propre aux locuteurs de Pékin(prononciation du mandarin), sans certaines particularités phonétiques. Il existe en effet une grande diversité dans les prononciations régionales, pour deux raisons principalement. La première est que l’aire géographique où ce langue est la langue maternelle de la plupart des locuteur est si étendue que l’on rencontre nécessairement des variations de prononciations d’une zone à l’autre. La seconde raison est que nombre de locuteurs possèdent le mandarin comme seconde langue. Ces locuteurs le contaminent ainsi fréquemment avec le système phonologique de leur propre langue maternelle. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire